Préservation masculine

La spermatogenèse (cycle de production de spermatozoïdes) démarre lors du passage à la puberté chez l'homme. Les conséquences des traitements gonadotoxiques sur la spermatogenèse peuvent être définitifs ou transitoires, allant de la disparition complète et définitive des spermatozoïdes à la simple oligospermie (baisse de la numération des spermatozoïdes). Il existe une suceptibilité individuelle non maitrisé.

Différentes techniques de préservation de la fertilité peuvent être  proposées :

- La congélation de sperme
Cette technique concerne les patients pubères pouvant réaliser un recueil de sperme par masturbation. C'est la technique la plus simple, non invasive et rapidement réalisable. Plusieurs rendez-vous au laboratoire sont généralement programmés pour réaliser les recueils afin d’obtenir un stock suffisant. Les spermatozoïdes sont congelés et conservés dans de l’azote liquide. Ils pourront être utilisés ultérieurement dans le cadre des techniques de PMA.


- La congélation de spermatozoïdes recueillis chirurgicalement
Cette technique peut être proposée aux patients pubères dans l’impossibilité de réaliser un recueil de sperme éjaculé par masturbation. Il peut s’agir d’un prélèvement des spermatozoïdes au niveau épididymaire ou bien testiculaire. Le laboratoire se charge de congeler et conserver les spermatozoïdes dans l’azote liquide à l’issu de l’intervention chirurgicale. Ils pourront être utilisés ultérieurement dans le cadre des techniques de PMA.


- La congélation de tissu testiculaire
Cette technique s’adresse généralement aux patients pré-pubères. Elle consiste en un prélèvement chirurgical de tissu testiculaire immature. Le laboratoire agréé pour cette technique se charge de préparer, congeler et conserver le tissu testiculaire dans de l’azote liquide. Ce tissu pourrait être réutilisé ultérieurement en vue d’une technique de Maturation In Vitro des spermatogonies présentes dans le tissu testiculaire, une technique restant dans le domaine de la recherche actuellement.